Témoignage d’un ancien fumeur : avant, pendant, après l’arrêt

 

Je m’appelle Alain, j’ai 40 ans en écrivant cet article, marié et ayant deux enfants. J’étais un grand fumeur  depuis que j’ai 16 ans. En lisant la bref histoire de mon passé, je pense que vous allez tirer une conclusion pour votre vie. Apres mon arrêt en action de fumer, je consulte plusieurs site web et en demandant des spécialistes pour m’aider à rétablir ma santé et ma forme en son état. Heureusement, beaucoup de mes amies m’ont suggéré  de visiter le site qui propose plusieurs astuces. En ce moment, je suis en bonne santé. Vous allez me questionne c’est quoi le site ? Visitez ce site pour plus de conseils.

Avant que je fumais

Je suis comme tous les autres humains, né, agrandit et en train de vieillissement maintenant. Pendant ma période d’enfance, j’étais  un garçon sage obéit et suit les conseils de mes parents. En classe, du jardin d’enfant jusqu’à la classe de seconde, j’étais intelligent et toujours le major dans notre classe. J’étais un enfant innocent. Le temps passe, l’horloge tourne, la lune tourne, j’ai agrandit et j’ai atteint mon adolescence. Pendant cette période, je commençais à se familiariser avec beaucoup d’amies ; au début la plupart de mes amies sont des bons amis. Apres  quelques années plus tard, certains de mes camarades commençaient de boire de l’alcool, de draguer une fille dans la rue et d’aller dans la boite de nuit. Je restais sage et candide. Mes parents me félicitaient. Ils m’ont dit tout à l’heure je suis son héros, son espoir, l’étoile de son future, etc.  Ma vie continuait et mes compagnons m’accompagnaient tout le temps. Ils étaient presque toxicomanes, ils m’ont persuadé de faire eux. Je n’accepte pas. Ils  se moquent de moi que je suis une fille manquée. Enfin, j’étais attiré par eux et j’ai commencé à prendre un quart de tige des cigarettes à mon âge de 16.
cigarettes

Pendant le  moment où je fumais

Comme j’ai mentionné en haut que j’ai pris une tige de cigarettes première fois quand j’étais 16 ans.  Pendant ce temps-là,  une fois que je fumais, je me sens une autre sensation. Apres quelques semaines, j’ai rencontré des problèmes : la pauvreté de ma famille et problème d’amour. J’étais tenté de prendre une tige de cigarette chaque fois. Le taux de fume s’aggrave toujours. Les nombres de tiges que je fume augmentent parce que je pensais que la prise des drogues m’a aidé d’oublier de penser mes problèmes. De plus, j’étais lycéen, mon cerveau ne fonctionne qu’avec une cigarette. J’ai eu alors l’habitude de fumer. Au moins, en comptant son nombre, je consommais 15 tiges par jours. Dans le bain de la fume, je me sens bien, à l’aise et heureux. Je ne cachais à mes parents, je lui disais que j’ai eu l’habitude de saurer. Ma mère m’a banni de prendre ça mais elle n’arrive pas à m’arrêter tandis que mon père est aussi un fumeur, donc il ne disait rien à propos de moi. Je prolongeais de droguer. En 2008, ma santé devenait anormale ; je n’arrive pas marcher à pieds plus de 2 kilomètres. Ma mère ne s’arrête pas de convaincre stopper la prise de tabac, elle me montre toujours des images montrant les inconvénients du tabac. Je ne lui obéis pas, j’ai pris ses conseils comme de l’eau qui coule dans le dos d’un canard. J’ai  lui menti que maman, je suis en train de cesser la fume. A cette époque, je pensais que je cesserais de saisir la cigarette plus tard. Un jour, j’étais attaqué par une forte grippe. Mes parents m’ont amené chez l’hôpital. Apres une opération que le médecin m’a fait, il a dit que  j’ai un problème de poumon à cause de l’excès de taux des fumées la dedans. Il m’a ordonné de stopper la fume de cigarette. En outre, si je continuerais à fumer, j’ai eu le risque d’attaquer par un cancer des poumons. J’ai commencé à réduire pas à pas le nombre de tige que je fume. En décembre 2010, j’ai décidé de cesser la prise des cigarettes. Jusqu’à maintenant, je suis non-fumeur, je suis libre et indépendant de la drogue.

Apres l’arrêt de fumer

Certes j’ai rencontré beaucoup des difficultés (maux de tête, l’habitude de vouloir prendre,…) si je décide de stopper de fumer mais je fais un effort de résister. Maintenant, je vous témoigne que je suis libre. En plus j’arrive aussi à persuader mon père d’en arrêter. Mes familles vivent maintenant dans le bonheur. Pour vous les fumeurs lisant cet article, je vous conseille de stopper  de prendre la cigarette.