Tout savoir sur les sushis japonais !

 

Les sushis font la renommée mondiale de la cuisine japonaise au même titre que les makis et les sashimis. Ces recettes restent ainsi indémodables au Japon comme dans la plupart des pays du globe. Et rares sont les autres chefs cuisiniers autres que japonais, qui osent s’aventurer dans ce domaine même s’il existe des innombrables recettes possibles à inventer ou à copier.

En effet, le sushi est un ensemble de deux mots se traduisant de la même façon dont vinaigre + riz. Mais pratiquement le terme désigne un morceau de poisson cru ou de mollusque étalé sur un tapis de riz. Nous allons donc essayer de connaître plus concernant les sushis japonais à travers de cet article.

L’origine des sushis japonais :

Historiquement, les Japonais utilisaient seulement le riz pour la conservation de poisson afin de le transporter sans risque de le voir pourrir. Pour cela, ils remplissaient des grandes jarres du riz, bien les couvrir jusqu’à ce que le riz arrivait à sa fermentation. En fait, c’est l’acide lactique produit par le riz fermenté qui permettait de conserver le poisson plus longtemps. Si vous souhaitez en savoir plus, venez sur ce site et devenez accro au sushis !

sushis meilleurActuellement, nous appelons à tort « sushi » la fine tranche de saumon placé sur une boulette de riz vinaigré. Mais l’appellation sushi regroupe en fait différentes variantes que certaines ont été tombés aux oubliettes. Car au Japon, le sushi existe en des centaines de recettes qui s’avèrent être un terrain difficile pour certains chefs occidentaux.

Mais sa popularité semble récente, car les sushis étaient à l’origine censés être des plats d’accompagnement très haut de gamme pour les Japonais. Alors qu’aujourd’hui, ils sont devenus des plats à part entière que même les grands restaurants du monde proposent dans leurs menus.

Les différents types de sushis japonais :

  • Le Nigri Sushi : se traduit littéralement « sushi tenu », est un sushi traditionnel japonais. En fait, c’est une recette composée d’une tranche de poisson cru « neta », étalé sur une galette de riz vinaigré. Mais des nombreuses variations peuvent être possibles, donc le Nigri Sushi peut être maintenu par une tranche de feuille de Nori qui l’enroule.

En effet, comme c’est un sushi qui se mange à la main et en une seule bouchée, le Nigri Sushi est rapidement très apprécié par le japonais.

sushis-maki

  • L’Inari Sushi : c’est une poche de tofu mélangé avec du vinaigre et du sucre avant d’être frit sur lequel on remplit de riz. Mais la poche peut être variée dans chaque région et parfois même elle prend la forme d’une omelette.

En fait, rares sont les établissements de l’occident ou du Japon qui le proposent à cause de sa composition qui ne contient ni du poisson ni des légumes. Quoi qu’il en soit, il fait le bonheur des personnes qui n’aiment pas le poisson cru ou les algues sèches de certaines recettes populaires.

  • L’Oshi Sushi : c’est une recette composée de deux couches de riz garnis d’une tranche de poisson. Et à l’origine, la forme de ce type de sushi n’était pas très agréable à voir, donc on a amélioré sa forme. Ainsi, on utilise un moule qu’on remplit de riz, après on le presse puis le découpe en carré ou en rectangle avant de le servir.
  • Le Nare Sushi : il est composé de riz fermenté, donc c’est logique si on disait que c’est la recette initiale du sushi japonais. En fait, le riz fermenté était utilisé pour conserver le poisson afin de le transporter loin de la côte.

En fait, depuis plusieurs années, il a disparu de menus de tous les établissements japonais, car on ne le consomme plus au Japon.

Pour finir, les différents types de sushis font la renommée mondiale de la cuisine nippone. Certes, leurs réalisations nécessitent une certaine expérience ainsi qu’une dextérité que seuls les passionnés peuvent y réussir. Ainsi, on ne peut que confirmer que leurs goûts et leurs présentations sont vraiment de travail d’artistes.